Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Tel

06 17 03 88 10

E-mail

logliscijoanna@gmail.com

Et si je vous parlais d’un organe qui peut servir de carte d’identité ? Qui révèle notre style de vie, notre personnalité et nos pathologies. Composé d’une véritable armée, à notre service, sur laquelle nous avons une action directe, quotidienne.

Le saviez-vous:

Le MI est unique et spécifique à chaque individu, l’exacte reflet de notre environnement, de nos habitudes alimentaires, sanitaire et de notre état de santé. En vérité, il est une carte d’identité que nous commençons tout juste à savoir décrypter.

Comment se forme-il ?

La colonisation est initiée à la naissance, via le microbiote de notre mère et l’environnement. Il évoluera au cours de l’allaitement et la diversification alimentaire pour arriver à un état d’équilibre stable vers 2-3 ans. Le modifier devient alors difficile bien que possible. Notre mode de vie peut induire des des dysbiose par exemple qui correspond à un déséquilibre du MI, celles-ci participent à un grand nombre de pathologie.

La recherche sur le sujet est en plein essor et il n’a pas fini de nous surprendre. Vous avez certainement entendu parler de la greffe de microbiote, elle consiste à inséminer le microbiote d’un individu « sain » dans les intestins d’un individu « malade », aussi appelée greffe de matière fécale.

Des résultats sont observés chez les souris : une souris mince devient obèse avec le MI d’une souris obèse (et vis-versa). Le MI d’un individu alcoolique greffé sur une souris entraine anxiété, dépression, préférence spontanée pour l’alcool. Finalement les greffes interhumains (sujet sain sur sujet malade) sont plutôt concluants avec diminution de l’insulino-résistance, du syndrome de fatigue chronique, des troubles du spectre de l’autisme, et améliorations cliniques des symptômes neurologiques (comme la sclérose en plaque).

Les greffes fécales restent encore marginales et expérimentales, toutefois l’importance du microbiote n’est plus à prouver, il porte en lui notre état de santé. Cause ou conséquence, impossible d’être affirmatif, mais nous savons que notre microbiote a une action directe sur tous les niveaux de fonctionnement de notre corps et de notre santé (voir l’image).

Avant d’en venir à la greffe fécale, il est possible d’agir au quotidien pour avoir un MI en bonne santé et notre alimentation en est la clé.

Joanna Loglisci, Diététicienne-Nutritionniste.

Kang, D. W., Adams, J. B., Coleman, D. M., Pollard, E. L., Maldonado, J., McDonough-Means, S., … &Krajmalnik-Brown, R. (2019). Long-term benefit of Microbiota Transfer Therapy on autism symptoms and gut microbiota. Scientific reports, 9(1), 1-9.

Fujii, Y., Nguyen, T. T. T., Fujimura, Y., Kameya, N., Nakamura, S., Arakawa, K., &Morita, H. (2019). Fecal metabolite of a gnotobiotic mouse transplanted with gut microbiota from a patient with Alzheimer’s disease. Bioscience, biotechnology, and biochemistry, 83(11), 2144-2152.

Zhao, W., Hu, Y., Li, C., Li, N., Zhu, S., Tan, X., … & Hu, L. (2020). Transplantation of fecal microbiota from patients with alcoholism induces anxiety/depression behaviors and decreases brain mGluR1/PKC ε levels in mouse. BioFactors, 46(1), 38-54.

Articles recommandés

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *