Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Tel

06 17 03 88 10

E-mail

logliscijoanna@gmail.com

Bien nourrir son microbiote est essentiel.
Nous en entendons souvent parler, mais le mettons-nous vraiment en pratique ? Prenons-nous vraiment conscience de l’impact de notre alimentation sur ces petits êtres qui habitent nos intestins et à fortiori l’impact sur notre santé ?
(Pour mieux saisir leurs rôles, je vous renvoi à l’article sur l’importance du microbiote).
Bien nourrir son microbiote est essentiel. Vous pensez peut être que cela ne vous concerne pas ? Détrompez vous, quand on sait que la majorité des français et françaises a une consommation largement en dessous du minimum “santé”, il y a fort à parier que beaucoup d’entre nous en faisons partie.
Pour autant, prendre soin de son microbiote n’est pas bien extravagant, le problème est que “régime occidental” et microbiote ne font pas bon ménage.
Ainsi, chacun d’entre nous devrions penser à améliorer notre alimentation en modifiant progressivement nos habitudes. Cela nous apportera à coup sûr des bénéfices immédiats et futurs. C’est également un héritage santé que nous laissons à nos enfants: d’une part via l’ensemencement naturel qui est fait lors de l’accouchement (il est préférable à ce moment là que la mère ait un bon microbiote), et d’autre part via les habitudes alimentaires qui sont transmises au cours de la croissance de l’enfant.

Voici un mode d’emploi pour avoir un microbiote en bonne santé:

Un petit rappel sur les fibres

Les fibres appartiennent à la famille des glucides, elles sont exclusivement végétales et sont davantage présentes dans les aliments complets.

Bien que non digestes et acaloriques, les fibres alimentaires présentent des bénéfices à plusieurs niveaux.

L’intérêt direct des fibres est d’augmenter le volume du repas sans apporter d’avantage de calories, elles permettent ainsi d’augmenter la satiété à moindre coût. Elles ralentissent le transit ce qui  réduit l’absorption des graisses et du sucre (réduit l’IG du repas). A ce titre elles représentent des alliées majeurs lorsqu’on souhaite perdre du poids. Elles ont une action mécanique sur la digestion: elles forment un gel en présence d’eau et facilitent la progression du chyle alimentaire dans le colon.

Dans un second temps elles sont digérées et consommées par les bactéries intestinales qui nous le rendent bien en participant à notre bonne santé (mentale et physique).

Où les trouver ?

On les retrouvent dans tous les produits végétaux non raffinés.

Voici quelques exemples pour se donner une idée:
Pâtes complètes: 3.7g/100g
Pâtes blanches: 1.6g/100g
Baguette: 3.9 g/100g
Pain complet/intégral: 6.9g/100g
Pois-chiche cuit: 5.45g/100g
Poireau cuit: 3.2g/100g
Carotte cuite: 2.8g/100g
Steak de bœuf: 0 fibre/100g (normal, les fibres sont exclusivement végétales, je voulais juste le rappeler 😉 )
=> Choisir un steak accompagné de pâtes blanches, vous l’aurez compris, n’est pas la meilleure idée pour nourrir son microbiote.
___________________

Voici une idée de saison:

Salade de lentilles au potimarron et noisettes - Photo par Silvia Santucci

Salade de lentille et potimarrons

Lentille verte150g lentille: 16.05g de fibres
Potimarron200g potimarron: 5g de fibres
Noisette150g noisette: 15g de fibres
Persil1c à s de persil: 0.33 g de fibres
=> Soit 36.38g de fibres
Un total de 9-12g de fibre /personne pour cette entrée (pour 3-4 personnes)
Joanna LOGLISCI, Diététicienne-Nutritionniste

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *